Michel Cymes : il fait son mea culpa et reconnaît avoir banalisé la dangerosité du coronavirus !

Le lundi 16 novembre dernier, Michel Cymès avait été invité sur les plateaux de l’émission Quotidien. Durant l’échange, le médecin s’est exprimé sur plusieurs sujets notamment ses propos durant le printemps dernier.

Il reconnaît qu’il avait sous-estimé la gravité du virus à l’époque.

La provoquée par le a fait bien des ravages et les choses sont encore bien loin de s’arranger. Ça fait maintenant 8 mois que la pandémie du est en train de sévir en . On se souvient qu’au début, Michel Cymès, celui qui est considéré comme le médecin le plus célèbre de France, a été au cœur d’une pour avoir fait certaines déclarations à propos de la pandémie. Invité sur le plateau de TMC le 16 novembre dernier, le médecin n’a pu s’empêcher de revenir sur cet épisode houleux et avoue avoir sous-estimé la gravité de la situation. Il a fait preuve de beaucoup d’honnêteté face à Yann Barthès, l’animateur de l’émission. Lisez la suite de cet article pour en savoir plus.

Michel Cymès fait des aveux

Dans l’émission Quotidien du 16 novembre dernier, les téléspectateurs ont vu l’animateur Yann Barthès recevoir le médecin Michel Cymès sur ses plateaux. S’ils ont abordé plusieurs sujets d’actualités, ils n’ont pas manqué d’évoquer le début de la crise sanitaire, notamment l’époque où le médecin avait minimisé le danger que représentait le coronavirus.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Michel Cymes (@michelcymes)

« Je ne croyais pas qu’on irait jusqu’à cette pandémie aussi grave avec un premier confinement. (…) On s’est trompés, oui. Enfin, je me suis trompé… Mais je n’étais pas le seul ». C’était les premiers mots avec lesquels l’homme de science avait commencé par s’expliquer devant Yann Barthès.

Les propos du médecin, mal pris par les internautes

L’animateur de France Télévisions a aussi évoqué la manière dont les propos de Michel Cymès avaient été détournés à l’époque. On se souvient encore de ses mots : « Ça n’est pas une grippette, c’est pas un rhume. C’est une forme de grippe qui est un peu plus cognée que la grippe. Mais ça reste une maladie virale comme on en a tous les ans ». C’était sur les plateaux de Quotidien que le médecin a prononcé ces mots le 10 mars 2020.

Pourtant, il n’y avait qu’une seule chose qui ait retenu l’attention des téléspectateurs et des internautes à l’époque. C’était le fait que le médecin ait utilisé le mot « grippette ». Cela a suffi pour créer la polémique et pour la majorité des personnes qui ont suivi l’émission, l’homme de science ne serait pas conscient de la portée de ce mal en termes de gravité.

Il donne des explications sur ses déclarations

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Michel Cymes (@michelcymes)

Depuis le moment où le médecin a fait ces déclarations, il est la cible de vives critiques. Il essaie de s’en défaire en expliquant les raisons de ses propos. Michel Cymès a insisté sur le fait que les déclarations qu’il a faites durant le mois de mars étaient basées sur les connaissances scientifiques qui étaient disponibles à ce moment-là. On doit reconnaître qu’à l’époque, on ne disposait pas d’assez d’informations sur la maladie.

Le médecin reconnaît qu’il s’était trompé dans ses déclarations, tout comme bien d’autres personnes à l’époque. Aujourd’hui, on en sait un peu plus sur la maladie et des dispositions sont en train d’être prises afin de la contrer. Plusieurs personnes avaient douté sur le fait qu’il y aurait une mise en quarantaine et même un confinement. Les scientifiques et le gouvernement prennent la situation avec beaucoup plus de recul désormais, même si au début personne n’en avait réellement compris la gravité. 


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.